Actualités Communiqués — 03 mai 2016

La CFDT prend acte de la décision de la commission IDEX concernant l’Université de Paris-Saclay de renouveler les financements mais en donnant rendez-vous dans 18 mois faute d’une organisation interne pleinement satisfaisante.

Tout en se réjouissant du renouvellement des financements, condition nécessaire à la poursuite d’un projet comme Saclay, aussi ambitieux que nécessaire, on note que la commission rejoint les constats faits depuis de nombreuses années par la CFDT sur l’urgence d’un profond travail institutionnel pour voir émerger une université globale et efficace à Saclay à partir de tous ses partenaires.

Si des efforts ont été faits depuis le début du projet de la part de certains partenaires pour construire un projet cohérent et durable, force est de constater que tous ne l’ont pas fait et que Saclay paie aujourd’hui en confusions, en tensions, en retards ce manque de courage. Il s’agit bien de cela : de courage politique ! Celui qui fait dépasser les intérêts locaux, les logiques corporatistes pour la défense de l’intérêt général.

A Saclay, l’intérêt général est – a toujours été – la constitution d’une grande université, avec une unité dans l’enseignement et donc avec des diplômes communs reconnus, avec des moyens durables de recherche et où une communauté scientifique peut se construire dans le dialogue, la transparence et le respect de tous.

L’intérêt général, c’est aussi une université qui s’ouvre complètement sur son territoire et qui est un moteur de l’intégration et du développement territorial. En effet, la capacité à durer pour de telles institutions réside précisément dans l’ampleur de ce travail sur le territoire ; toutes les expériences internationales réussies de créations de pôles d’innovation et de développement nous le confirment. Il est alors nécessaire que l’Université de Paris-Saclay s’ouvre plus sur son territoire au travers de la formation, de la création d’entreprises au tissu local – économique, social, associatif – pour ne pas être un complexe sans racine, seulement connecté à Paris intra-muros.
Or, seules des institutions solides et lisibles, porteuses d’un projet cohérent et partagé permettront de faire ce travail de plus en plus urgent.

Dans 18 mois, il faudra que tous les partenaires de l’université de Paris-Saclay aient fait la preuve de leur engagement dans le projet commun. Ce sera un test de leur bonne foi comme de leur capacité à se projeter vers l’avenir de manière intelligente.

Marie LEPRETRE
Secrétaire Générale
UD CFDT de l’Essonne

Partager

About Author

Yvan Lubraneski