Actualités Communiqués — 08 février 2016

Communiqué de presse n° 37 du 2 février 2016

Alors que la conférence de comparaisons internationales « École inclusive pour les élèves en situation de handicap » a eu lieu les 28 et 29 janvier à Sèvres, le Sgen-CFDT souhaite rappeler son engagement pour l’école inclusive et ses demandes pour qu’elle soit effective, au bénéfice des élèves comme des personnels.

La loi de 2005 sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées entre dans sa 10ème année de mise en œuvre. Cette loi avait pour objectif de passer d’une logique d’intégration à une logique d’inclusion en particulier à l’école. L’inclusion est par ailleurs l’un des axes de la loi de refondation. Pour le Sgen-CFDT, cette philosophie de l’accueil et de la prise en compte s’impose au du système éducatif. Cependant, le Sgen-CFDT considère que l’essentiel reste à faire, tant du point de vue des moyens que des modifications structurelles à apporter à l’École.

Le constat dressé quotidiennement dans les écoles et les établissements est rude et les difficultés de mise en œuvre nombreuses. Recrutement, formation initiale et continue, accompagnement dans l’emploi ne sont pas en adéquation avec les objectifs fixés. De surcroît, la mise en place d’une véritable inclusion nécessite du temps pour les équipes éducatives et aucune solution n’est proposée aux enseignants pour que celui-ci soit reconnu et intégré dans leur service.

Afin que cette politique ambitieuse et indispensable se mette en place, le Sgen-CFDT demande :

– une augmentation du nombre de places d’accueil ;

– une prise en charge par des équipes pluriprofessionnelles complètes ;

-un accompagnement des élèves par des personnels AESH formés, reconnus et recrutés de manière pérenne ;

– une formation des personnels aux pédagogies coopératives et à la personnalisation des apprentissages ;

– du temps explicitement dégagé pour coordonner les interventions des divers professionnels ;

– une prise en compte réelle des élèves en situation de handicap dans l’attribution des moyens de la carte scolaire ;

– une reconnaissance de la charge liée à cette politique d’inclusion pour les directeurs d’école

Pour le Sgen-CFDT, la réussite de la politique d’inclusion est indispensable et il est maintenant nécessaire de s’en donner pleinement les moyens, tant du point vue matériel que humain.

Partager

About Author

Yvan Lubraneski