Actualités Communiqués — 23 avril 2014

Communiqué de Marie Leprêtre, Secrétaire Générale de la Cfdt Essonne.

22/04/2014

Télécharger ce communiqué

1. Un pacte ! La démocratie n’est jamais qu’un pacte conclu par des individus pour accomplir ce qu’ils ne peuvent faire seuls et dont ils pensent avoir besoin. Méconnaître cette nature de pacte et ses obligations, c’est prendre un risque pour la démocratie elle-même. Le but du pacte, c’est l’action publique, celle qui transforme les conditions de vie, qui prépare l’avenir, qui ôte la peur de demain.
On se bat aujourd’hui sur l’ampleur des réductions des finances publiques mais on manque l’essentiel : un projet d’action qui mobilise la société française. Réduire les finances pour moins dépenser n’est pas plus un projet que dépenser pour tout conserver. Les Français réclament, à toutes les élections, de l’action.
En Essonne, nous faisons ce constat. Face aux contrastes du territoire, à la pluralité des situations, l’urgence est là, les départements étant appelés à disparaître et la carte administrative à être profondément remaniée, il faut anticiper ! Tant de choses en dépendent : la gestion de biens communs comme l’eau, la solidarité, l’éducation qui tout en étant nationale dépend du territoire, l’emploi. Tout cela appelle une politique complexe et donc réfléchie, inscrite dans le territoire par la mobilisation de tous les acteurs ; une politique qui est conçue et exécutée dans la durée et avec constance.

2. Pour agir, il faut des acteurs qui jouent leur rôle. Notre démocratie meurt de la confusion, de la trop grande ambition des personnes, de la trop faible mesure donnée aux institutions et du peu d’importance donnée aux mandats. Notre démocratie meurt de ce qu’à droite comme à gauche, dans les syndicats comme au patronat les jeux sans projet ont trop libre cours. Une opposition qui refuse de voter un texte avec lequel elle est d’accord, des partis de majorité qui pensent en places a prendre, des organisations syndicales centrées sur elles-mêmes, un patronat idéologique. Il y a tant de choses à faire dehors pour peu que nous assumions un constant dialogue social, une réflexion d’ampleur et une ambition à la mesure des défis.

3. Il n’y a pas d’action sans constat partagé. La réunion d’une vaste conférence territoriale s’impose à l’échelle de l’Essonne. Elle doit viser un grand dialogue social dépassant les frontières du département pour coller a la carte de la réalité territoriale et des enjeux sociaux.
Quel est le but d’une telle conférence ? Constater, rapporter, dire la réalité de la vie en allant la chercher le plus loin possible dans le quotidien des habitants. Après quoi, il faudra faire naître des projets, des interactions et des dynamiques qui dépassent les capacités des collectivités publiques et celles de l’Etat. C’est la clé de cette dynamique nouvelle que nous appelons de nos voeux pour l’Essonne mais aussi pour la France.
Il faut prouver à tout prix que du rassemblement des bonnes volontés, il est possible de faire émerger des idées et des réalisations nouvelles et concrètes.

>Télécharger ce communiqué

Partager

About Author

Yvan Lubraneski